Distillerie Caol Ila

Localisation de la distillerie Caol Ila

La distillerie Caol Ila (prononcer Kool-ila – terme gaélique pour détroit d’Islay) est une distillerie de whisky située sur l’île d’Islay près de Port Askaig, en Écosse, où il n’est pas rare de voir s’ébattre des phoques.

Pour se rendre à la distillerie Caol Ila, il faut tourner à gauche, juste avant le coquet port de Port Askaig, et s’aventurer sur la petite route pentue qui serpente jusqu’au bas de la colline. Bien des visiteurs aimeraient élire domicile sur le rivage de Caol Ila, séparée de l’île de Jura par un bras de mer à peine plus large qu’un grand fleuve mais infranchissable les jours de tempête.

Imposant par sa taille, le site n’a rien d’engageant, avec de gros entrepôts gris, mais l’imposante salle des alambics jouit d’une vue imprenable sur les landes couvertes de bruyère rose de Jura. Et quand un arc-en-ciel réunit les deux rives, la métamorphose est grandiose.
La distillerie Caol Ila a été fondée en 1846 sur un site choisi par Hector Henderson et brièvement repris par Norman Buchanan, propriétaire de la distillerie Isle of Jura, en 1854. Elle appartient aujourd’hui à l’entreprise Diageo.

Historique de la distillerie Caol Ila

L’existence d’une distillerie à cet emplacement est attestée depuis 1846, mais il n’en subsiste pratiquement rien.
La distillerieCaol Ila originelle fut construite en 1846 par Hector Henderson, un homme d’affaires de Glasgow très intéressé par la distillation.
Hector Henderson, également associé à Littlemill, a construit la distillerie originelle, en raison de son site maritime facilitant les approvisionnements comme les expéditions. Barnard, le spécialiste du whisky au 19ème siècle, raconte aussi, assez poétiquement, que le choix s’est défini en raison de la proximité du loch Nam Bam, où “souffle en permanence une brise aux effluves de bruyère et de myrte”. Mais, une dizaine d’années après,
brièvement repris par Norman Buchanan, propriétaire de la distillerie Isle of Jura, en 1854 la distillerie faisait faillite, et devenait la propriété d’un courtier (la société Bulloch Lade & Co) qui l’a rachetée en 1857.
En 1879 une première reconstruction est faite.
En 1927, elle est devenue la propriété de DCL(aujourd’hui Diageo), qui a axé la production pour ses besoins en blends (Johnnie Walker, Bell’s)
Entièrement rasée en 1972, elle a laissé place à des installations plus grandes, avec moins de personnel… que voulez-vous, moins d’hommes et plus de rentabilité, ça ne date pas d’hier ! Les malts produits servent avant tout à confectionner des blended et se diffusent assez peu en version single malt. Le vieillissement n’est pas effectué en fûts de sherry, mais de bourbon.
En 2011, une nouvelle modernisation (dont une énorme cuve de brassage) a été réalisée, portant la capacité de production de la distillerie à 6,4 millions de litres par an, ce qui en fait la cinquième de toute l’Ecosse.

La distillerie Caol Ila

Pendant plus de 100 ans, de petits bateaux à vapeur appelés “Puffers” (le plus célèbre d’entre eux était le “SS Pibroch”) ont acheminé l’orge, le charbon et les fûts vides jusqu’à la distillerie. Puis ils retournaient vers le continent, les cales chargées de whisky, en traversant le détroit qui sépare les îles d’Islay et de Jura… dont Caol Ila tire son nom.

Aujourd’hui, les bateaux à vapeur ont disparu et d’autres changements sont intervenus, comme la construction, en 1974, d’une nouvelle distillerie qui remplaça l’ancienne. Les six alambics ont été façonnés à l’identique des anciens, afin de conserver intact le caractère originel de Caol Ila.

Mais tout n’a pas changé, bien évidemment ! Caol Ila est la seule distillerie de l’île d’Islay située plein est. Chaque matin, ses six alambics sont les premiers à sentir l’aube d’un nouveau jour sur leurs joues de cuivre. L’orge est toujours maltée sur l’île, à Port Ellen, et l’eau de source utilisée dans l’élaboration du single malt de Caol Ila est restée la même. Issue d’une source en amont de la distillerie, elle s’infiltre à travers la roche calcaire avant de se jeter dans le Loch nam Ban, dont le flot cristallin est capté juste avant de rejoindre la mer au niveau de la distillerie. Le fruit de ces traditions préservées est un malt délicat, dont le vieillissement en fûts de chêne peut durer jusqu’à 25 années.

Dans cette région où les méthodes ancestrales rythment la vie quotidienne, les générations d’une même famille se succèdent. Les descendants conservent vivantes les traditions de la distillerie. Son maître-distillateur, Billy Stitchell, y travaille depuis de longues années, comme autrefois son père, ses deux grands-pères et son arrière-grand-père. Cette continuité témoigne du soin avec lequel le savoir-faire est transmis ici.

Ce patrimoine soigneusement sauvegardé nous offre un single malt avenant, aux arômes huileux et marins, d’une agréable douceur. Ceux qui visitent cette île mythique constatent combien Islay fait référence en matière de whisky : plusieurs distilleries y sont renommées pour leurs single malts tourbés très recherchés.

Type du Whisky de la distillerie Caol Ila

Car, selon l’importance de la tourbe, on trouve avec cette provenance de très grandes variations aromatiques, plus ou moins fumées, plus ou moins végétales, toujours d’une belle puissance, avec parfois des notes iodées, voire salées.
Mais aussi du fruité, des épices, du poivre, des herbes aromatiques, voire du miel : avec Caol Ila, si la puissance tourbée est pratiquement toujours au rendez-vous, elle s’accompagne de bien d’autres arômes qui rendent la découverte d’un nouvel embouteillage toujours très excitante, comme on peut s’en rendre compte au fil des dégustations.
De plus, de tous les malts tourbés d’Islay, ce sont sans doute ceux de Caol Ila qui s’adaptent le mieux à des finitions en fûts de vins ou d’autres spiritueux. Un atout qui inspire beaucoup les embouteilleurs indépendants…

Si vous savourez une gorgée de Caol Ila, vous devinerez immédiatement que vous êtes à Islay, mais vous ne pourrez cependant pas forcément identifier la distillerie qui élabore ce malt. Son style est en effet plus rond que bien d’autres single malts distillés dans l’île. Michael Jackson, chroniqueur et expert du whisky, reconnaissait au malt de Caol Ila un style moelleux ainsi que des notes d’huile d’olive caractéristiques.

Humez un verre de Caol Ila ; des arômes de brise marine et de fumée vous rappelleront qu’à une époque pas si éloignée, la pêche et la coupe de la tourbe représentaient l’essentiel de l’activité dans cette région. Aujourd’hui, rares sont ceux qui vivent de l’extraction de la tourbe dans l’île, mais les anciennes traditions subsistent, perpétuées par les savoir-faire mis en œuvre dans la distillerie et par les ingrédients encore utilisés à Caol Ila.

Idéal pour s’initier en douceur aux malts fumés, c’est un whisky déjà très apprécié par les amateurs de malt dans le monde entier.

« Un merveilleux apéritif » – Michael Jackson, Malt Whisky Companion 2006

Fiche de données

Nom: Caol Ila
Région: Islay
Prononciation: Kool-ila
Signification: terme gaélique pour détroit d’Islay
Propriétaire: Diageo
Date de création: 1846
Statut: en fonction
Processus de distillation
Maître distillateur: Billy Stitchell
Cuves de fermentation:  
Alambics: 3 wash stills et 3 spirits stills
Production annuelle:
(litres d’alcool/an)
3 600 000
   

Notre offre de whiskys de la distillerie Caol Ila

173, 00

Sold Out

311, 00

Sold Out

155, 90

Sold Out

169, 90

Sold Out

256, 90 220, 00

Sold Out

168, 90

Sold Out

91, 90

Sold Out

189, 90 172, 95

Sold Out

179, 90
111, 50

Sold Out

115, 20

Sold Out

93, 50

Sold Out