Whisky Ecossais – Islay (Isle of)

Régions d'EcosseLes Îles Hébrides sur la côte ouest de l’Écosse ainsi que les îles Orcades tout au nord ne sont pas des destinations populaires uniquement en raison des magnifiques paysages avec leurs baies isolées, leurs étranges formations rocheuses, leurs tourbières et leurs jolis petits ports. C’est aussi ici que l’on produit les single malts les plus caractéristiques de toute l’Écosse.

Islay

L’île d’Islay ( prononcez Eye-La), la plus au sud de toutes les îles Hébrides,et se trouve sur la côte Est de Kintyre.
Elle est plate, verdoyante et en grande partie composée de tourbe (l’eau sur cette île est d’ailleurs marron car mélangée à la tourbe). Les grands vents hivernaux ont pour conséquence de pousser les nuages salés loin dans l’île, ceci permettant à la tourbe de macérer dans l’eau, qui est encore une fois séchée par les brises salées et algueuses de la mer. Toutes ces caractéristiques font le charme des whiskies de l’île d’Islay, ayant une grande importance pour certains et moins grande pour d’autres.
Elle jouit sans aucun doute d’une position privilégiée spéciale dans le monde du whisky. Longue de 32 kilomètres et large de 15 kilomètres seulement, l’île compte néanmoins neuf distilleries en activité et elle est menée par de nombreux spécialistes du whisky comme région autonome. Il reste tout de même encore des parties de l’installation de deux autres distilleries, comme les warehouses (entrepôts) ou, dans un cas, un four. Dans lescarte-islay meilleures périodes, il y avait ici près de 26 distilleries en activité.
Les 3 300 habitants de l’île gagnent aujourd’hui leur argent essentiellement dans les distilleries,avec la pêche, l’élevage de moutons ou le tourisme.
Le mot Islay est prononcé « eïla » et était le nom d’une princesse norvégienne. L’influence norvégienne sur les Hébrides n’a toutefois pas été aussi innocente que le nom d’une fille de roi le suggère peut-être, car les habitants de l’île furent tyrannisés pendant des siècles par les Normands.
À proximité de la distillerie Ardberg se dresse la Kildalton Cross datant de cette époque, l’une des plus imposantes croix celtiques de toute la Grande-Bretagne. À cet endroit, les Normands dévastèrent autrefois un monastère et tuèrent entre autres l’abbé. Mais quelques siècles plus tard déjà, alors que les Normands païens avaient également été christianisés, ils se firent enterrer dans le même cimetière. La Round Church, à Bowmore, fait partie des autres curiosités de l’île. D’après la légende, elle fut construite en rond pour que le diable ne puisse pas se cacher dans les coins. Par ailleurs, on peut visiter le site des fouilles archéologiques d’une forteresse moyenâgeuse, qui fut bâtie en son temps par le seigneur de l’île, Lord Finlaggan. Pour les géologues aussi, l’île vaut la peine d’être visitée, la roche de Bruichladdich étant considérée comme l’une des plus vieilles du monde.

Islay-Needle-Port-Charlotte

Islay « The Needle » près de Port Charlotte

Comme beaucoup d’autres régions d’Ecosse, l’île est également connue pour être un extraordinaire paradis des oiseaux. En hiver, il y a là 10 000 oies rieuses et deux fois plus de bernaches nonnettes. Les ornithologues et amoureux de la nature peuvent aussi observer sur cette île des espèces très rares tel la roi caille royale.

Il y a 8 distilleries sur l’île. Leurs produits sont parmi les plus forts de tous les malts, une propriété qui fait son succès pour certains et qui dégoûte les autres:

Ardbeg, Bowmore, Bruichladdich, Bunnahabhain, Caol Ila, Kilchoman, Lagavulin et Laphroaig.

La distillerie de Port Ellen a été fermée en 1983 et sert de malterie pour les autres distilleries.

Le style du Whisky d’Islay 

Bowmore-Round-Churche-et-cimetière

La « Round Church à Bowmore avec son cimetière, un des bâtiments les plus originaux d’Islay

Les distilleries du sud d’Islay (Ardbeg, Laphroaig et Lagavulin) sont les plus puissantes, produisant un whisky plus ou moins fort d’odeur, macéré dans de la tourbe fumée, de l’eau salée et iodée. Les whiskies de cette partie de l’île sont pour la plupart caractérisés de médicinaux. Ces distilleries utilisent non seulement une forte part de malt tourbeux (50 mesures par million pour Ardbeg, 40 mesures pour Laphroaig), mais aussi l’eau marron de l’île pour chaque étape de la production. Jusqu’à ce qu’elle ferme au début des années 80, la distillerie Ardbeg avait son propre sol à malt de manière à faire tremper l’orge dans la même eau.

Les whiskies des distilleries du nord d’Islay Bruichladdich et Bunnahabhain sont par contraste, plus doux, ceci car ces distilleries extraient l’eau printanière avant qu’elle n’ait été en contact avec le sol tourbeux et utilise même un orge doux voire non-tourbeux. Le résultat donne à ces whiskies un goût plus doux, moussu (plutôt que tourbeux), avec un trait algueux, de noisette, et un final toujours sec.

La distillerie Bowmore, au milieu de l’île, reste au milieu des 2 extrêmes ( tourbeux mais non-médicinal, caramélisé, avec des senteurs florales et des traces d’huile de lin). La distillerie Caol Ila, bien que proche de Bunnahabhain, produit un délicat et verdoyant malt, avec certains traits de tourbe, iode/sel, balancés avec des notes florales et un final pimenté.