Vodka : L’Histoire de la

Le mot vodka provient du polonais wodka « petite eau » qui est en fait le diminutif de woda qui signifie « eau ».

La vodka fait sa première apparition en Russie au XVe siècle. Mais l’histoire de la vodka remonte bien avant et trouve ses origines dans le monde arabe… S’inspirant des travaux sur la distillation d’un savant perse du XIe siècle, le moine Isidor du monastère de Tchudov crée la recette de la vodka en 1430.

La vodka est une eau-de-vie qui peut être produite à partir de seigle, de blé, mais aussi de pomme de terre ou de betterave. Elle titre entre 37 et 80 degrés d’alcool, mais elle est généralement produite et vendue a 40 degré.

Dans le passé, d’autres noms ont été également employés pour la boisson : le vin (vin de pain), le korchma ou le vin de korchma, ont distillé le vin, le vin brûlant, le vin brûlé et le vin amer entre d’autres. On pense que la boisson elle-même, ou plutôt son ancêtre, une boisson forte appelée les vitae d’aqua (latins pour l' »eau de la vie »), a été apportée la première fois en Russie par des négociants de Gènes sur leur chemin vers la Lithuanie. Ils ont voyagé en passant par Moscou, où les invités étrangers ont été reçu par le prince Dmitry Ivanovich, appelée Donskoï pour sa victoire sur l’armée de Mongole Tartare sur le champ de Kulikovo, flatté par l’hospitalité du gouverneur de Moscou, ils lui ‘ont présenté des navires et diverses boissons mentionné ci-dessus. Cependant, les russes n’ont pas été beaucoup impressionnés par ce jus de raisins fermenté et distillé. Le kvas et la bière étaient plus populaires en Russie alors.

Les années 1400 – 1600

En 1429, des visiteurs étrangers ont apporté des vitae d’aqua à Moscou ; elle a servie de traitement universel. Le liquide a été apprécié à la cour du jeune prince Vassili le deuxième Vasilievitch, qui plus tard a perdu sa vue dans l’inimitié avec ses parents et a obtenu le surnom de l' »obscurité ». Car la boisson était trop forte, elle a été normalement diluée avec de l’eau. Il est probable que l’idée de diluer l’alcool (c’est à dire ce qui étaient réellement les vitae d’aqua) avec de l’eau ait été le point de départ pour la vodka russe de fabrication qui a été produite à partir du grain, qui était abondant en Russie. Au 15ème siècle les monastères de la Russie ont commencé à produire la vodka de grain.

Un siècle plus tard, le prince Ivan III (1462-1505) interdit toute production de boissons fortement alcoolisées. Le tsar Ivan IV (1533-1584), dit Ivan le Terrible, construisit une première taverne à Moscou et instaura le principe des distilleries et lieux de distribution d’État. Il avait donc le monopole sur la production et la vente de vodka, ce qui a permis à l’État d’engranger de généreux profits. Durant cette période, la vodka joua un rôle très important dans la culture et l’économie russe.

Dès le début du 16ème siècle « vin brûlant » a été exporte de Russie,. C’était la première expérience de l’exportation russe de la vodka qui plus tard succéderait le monde entier. Il vaut la peine de mentionner cela à la fin du 15ème siècle le prince grand de Moscou et le Tsar de la toute la Russie, Ivan qui a eu un esprit astucieux et stratégique a présenté un monopole d’état sur la production et la vente de la vodka.

En 1533, le « Tsar » a ouvert, un endroit où de diverses boissons alcoolique, y compris la vodka, pourraient être achetées et consommées. Dans les temps d’Ivan les tavernes ont été largement étendues. Ces endroits ont été la plupart du temps administres par les gardes du Tsar, qui n’ont eu aucun scrupule à gagner de argent sans l’effort significatif. Des kabaks de Moscou ont été mentionnés dans les journaux intimes et les journaux de voyage des Étrangers qui ont visité Moscou pendant la deuxième moitié du 16ème siècle, ont donner l appellation des kabaks « les tavernes russes ». D’ailleurs, le mot « kabak » n’est pas slave par origine. Son origine n’est pas connue ; la seule chose que les linguistes sont sûrs est environ que l expression a été apportée en Russie venant de l’est. Les affaires de kabak étaient très profitables pour l’état ; c’est pourquoi le Russe Boris Godounov et le premier des Romanov a non seulement gardé le monopole d’état, mais la rendu plus rigide.

Le 17ème siècle est nommé rebelle par les contemporains puisque c’était une série de révoltes et de toutes sortes de guerre .Il y a eut également des révoltes de kabak » qui ont été provoquées par les clients de kabak sur l’abus de leurs administrations.

Les années 1600 – 1800

Dans toute l’histoire russe, la façon de production de vodka et de vente ont changé beaucoup de fois. Le système du bail du vin, était le droit de produire et vendre de la vodka pour le paiement d’un petit pourcentage du revenu à l’état, ce qui a rendu le locataire du bail fabuleusement riche. Pendant le règne de Peter le grand, les dynasties des « rois de la vodka » russes a commencé. En 1716, le premier empereur de la toute la Russie a offert a l’aristocratie et les négociants le droit exclusif de distiller le vin.

Au milieu du 18ème siècle, la vodka a été produite non seulement par les distilleries d’Etat, mais également par l’aristocratie foncière. L’impératrice Catherine la seconde, qui a favorisé la noblesse et lui a accordé de nombreux privilèges, a fait de la distillation de vin le privilège unique de l’aristocratie. L’ordre de l’impératrice du 31 mars de 1765 a permis seulement à la noblesse de distiller le vin et les a également libérés de tous les impôts. Les négociants qui avaient fait leurs fortunes au moment où quiconque pourrait produire la vodka s’il payait « l’impôt de distillation de vin » ont essayé pour partager les propriétés des distilleries avec des aristocrates ou pour employer leurs noms dans la commercialisation. Cependant, le gouvernement qui a assuré le privilège à la noblesse a été impitoyablement et puni tout ceux qui avaient désobéi, en confisquant les distilleries.

Il n’est pas étonnant alors que la plus grande partie de vodka a été produite dans les domaines de la noblesse et la qualité de la boisson était excellente. Les producteurs utilises de l’eau de haute qualité.

Il intéressant également de noter que la vodka faite maison, à la différence de celle des distilleries d’état, a été la plupart du temps assaisonnée. Pendant le processus de la vodka faite maison, l’alcool a été distillé trois fois, l’eau de diverses saveurs ont été ajoutée. Selon des contemporains, Les gourmets sophistiqués ont considérée comme un point d’honneur a avoir toutes les sortes de vodka avec les saveurs dont les noms ont commencé par toutes les lettres de l’alphabet russe. Avec la cerise et la poire, la mûre et le gland, la graine de l’aneth de cumin, un certain nombre de baies, de racines et d’arbre comme le bouleau ont été employés pour assaisonner la boisson russe traditionnelle ! Et presque chaque propriétaire foncier a eu sa propre sorte de vodka !

C’est à un chimiste que l’on doit la normalisation de la Vodka. Dimitri Mendeleïev, célèbre pour son travail sur la classification périodique des éléments (ou tableau de Mendeleïev), n’en est pas moins le premier « théoricien de la Vodka ». Ses travaux sur la distillation de la Vodka l’amènent à la conclusion que la meilleure Vodka titre à 38 degrés d’alcool.
Mais en raison de la taxe sur l’alcool, calculée sur le taux d’alcool, l’Empereur Alexandre III ramène ce titre à 40° pour en faciliter le calcul des taxes par l’administration russe. C’est ce titre qui est finalement conservé comme degré de distillation officiel de la Vodka.

C’est donc encore une fois une décision politique qui a façonné la composition de la Vodka telle qu’on la produit et qu’on la consomme aujourd’hui. Car si cette règle des 40° d’alcool n’est plus obligatoire pour porter le nom deVodka, certains puristes considèrent que la « vraie » Vodka russe titre au minimum à 40° d’alcool

Les années 1800 à 1900

Au 19ème siècle, commence la guerre patriotique de 1812, le trésor russe a obtenu moins de rouble et a subi l’inflation. le gouvernement a mis en place un monopole d’état sur la vodka dans la plus grande partie de l’empire russe, excepté la Sibérie . Il est tout à fait caractéristique qu’après que la guerre avec Napoléon , la vodka russe a été fortement appréciée en France et on ne l’a pas considéré comme juste une boisson plus exotique, mais quelque chose de noble et pur, apporté au Français par ceux qui ont défait ‘Napoléon Buonaparte’.

En 1894, l’Empereur Alexandre III, décrète que la norme du titre d’alcool de la vodka russe est de 40°. Il s’appuie sur les travaux du chimiste Dimitri Mendeleïev qui avait précédemment montré que la meilleure vodka titrait à 38°, mais les taxes de l’époque étant calculées sur le taux d’alcool, c’est le titre de 40° qui fut conservé pour faciliter la tâche des services fiscaux.

En Russie, le système de la production et de la vente de vodka a continué à changer. Après les premières réformes, un système de taxes a été présenté, puis l idée de vendre de la meilleure manière la vodka. Avant 1885 la vodka été vendue seulement dans des seaux (12.3 litres) ; Ensuite les bouteilles sont devenues plus répandues.

A partir de 1900

Les mesures de prohibition qui ont été présentées la première fois pendant la guerre avec le Japon de 1904-1905 sont les seules avec une valeur d histoire .Il y a également la « loi de prohibition » présentée par le gouvernement de l’empire russe le 2 août 1914 et officiellement supprime par le gouvernement soviétique seulement en 1925. Il est notable que le monopole mentionné ci-dessus sur la vodka ait mené à une certaine diminution du nombre d’alcooliques ( qui était tout à fait effrayant dans le début du 20ème siècle). En grande partie cette diminution a été influencée par les règlements pour vendre la vodka – Beaucoup de régions pouvaient en vendre seulement avant 8 P.M.. Cependant, cette limitation n’a pas fonctionné à St Petersbourg et Moscou.

En 1953 la vodka « Moscou spéciale » a été récompensée par une médaille d’or à une exposition internationale en Suisse. Parmi les articles dans la collection du musée, les visiteurs identifieront l’étiquette bien connue de « Stolichnaya » sans difficultés. Cette marque est devenue très populaire des quelle est apparue sur le marché.

En mai 1985, le début de l’ère de Gorbatchev, le document tristement appelé  » les mesures améliorées contre l’ivresse et l’alcoolisme » ont frappé un coup brutal à l’industrie nationale de boisson alcoolisée et de vodka. Bien qu’après 5 ans la décision a été considérée comme absurde et incorrect, la Russie en ressent toujours les dommages aujourd’hui.

Le 7 Juin 1992, le premier président russe, B. N. Yeltsin a publié le décret sur l’abolition du monopole d’état sur la vodka. En conséquence, le pays a été inondé avec une vodka de mauvaise qualité, très souvent truqué, et donc dangereux pour les consommateurs et les pertes de budget si apparentes, qu’en un an,le 11 juin 1993, le nouveau décret présidentiel a été publié. Cette fois il s’est appelé  » le Rétablissement du monopole d’état sur la production, le stockage, en gros et au détail des produits alcooliques ».

Pour information, la vodka est produite dans de nombreux pays dont la Russie, la Pologne, l’Ukraine,  la Suède, la Finlande, les Etats-Unis et même la France.
La vodka est encore à ce jour l’alcool le plus consommé au monde avec près de 5 Milliards de litres écoulés en 2006 !